Notice: Undefined variable: wgScriptPath in /usr/local/www/jo/egyptopedia.fr/wikihiero/wikihiero.php on line 59

Une entrée au hasard :
Apax, Hapax

M

57 entrées trouvées.

De Maadi et Toura, Cultures de Maadi et Toura à Musique

Imprimer cette entréeMaadi et Toura, Cultures de Maadi et Toura.
Histoire • Nom commun.Cultures de l'énéolithique et du chalcholithique en Basse-Égypte débutant vers 4 000 av. J.-C., marquées par l'utilisation du cuivre. Remonter
Imprimer cette entréeMaadi, Culture du Maadi.
Histoire • Nom propre.Le complexe de Maadi (à une dizaine de kilomètres au sud du Caire) émerge de part sa forte culture avant la période des Nagada, et donne son nom à la culture prédynastique de Maadi-Bouto. Probablement reliée au Fayoum et à Merimdé (culture datée d'environ 500 ans plus tôt), les cultures sont en plusieurs points semblables. Toutefois, Maadi ne comporte pas la stratification sociale de Merimdé, les activités guerrières et conquérantes, la stratégie d'expansion de Nagada, mais poursuit une forte volonté de développement commercial. ΕLa culture artistique de Maadi est caractérisée par la présence de têtes de massues en forme de disque, de palettes et de vaisselle de pierre, ainsi que quantité de cuivres. Les Maadiens font du commerce l'une de leur force : ils entretiennent des contacts avec la Palestine, la Haute-Égypte et la Lybie. Ils exportent des céréales et importent du cuivre du Sinaï, de la graisse, de l'huile du Levant, des aromates, des lames de lances, etc.. Malgré ses ouvertures « internationales », la culture de Maadi cédera sous la culture gerzéenne, probablement liée elle-même à celle de Nagada, et profitant des accès et routes du commerce de Maadi. On suppose que la culture de Maadi fut contemporaine de la culture amrahtienne mais aussi du début de la culture gerzéenne. Maadi fut abandonnée vers le milieu de Nagada II, mais Tell Fara'in-Bouto, à l'Ouest du Delta, subsista sous la culture de la Basse-Égypte pendant deux siècles jusque Nagada II. Remonter
Imprimer cette entréeMafdet, Maftet.
Cliquez pour agrandir l'image\

Mafdet, Maftet
Sur la partie inférieure, deux genettes sur des tiges de papyrus.

Mythologie • Nom propre.Déesse protectrice et dangereuse, Mafdet, en raison des représentations qu'il nous en reste, a souvent été considéré comme une déesse léopard, guépard, voire lionne. Pourtant, représentée escaladant sur un harpon, ou un « paquetage d'armes » (signe T18 de la Sign List de Gardiner), Mafdet est sans doute une genette, animal se réfugiant pour dormir dans les arbres, et chassant la nuit.ΕCet animal qui n'excède pas 90 centimètres de long vit de nos jours autant en Europe qu'en Afrique. Pourvue d'un corps allongé terminé par une longue queue, la genette est un mammifère omnivore et carnassier utilisant la réceptivité de ses grandes oreilles pour chasser la nuit. Citée dès la Ière dynastie, Mafdet apparaît dans les Textes des pyramides, et notamment dans la pyramide d'Ounas : elle est « Celle qui préside au Château de Vie » (ḥntit hwt-ˁnḫ). Primitivement, la déesse dont le nom signifie « Celle qui court » protégeait le Pharaon contre les attaques des serpents (et notamment, dans la mythologie, les attaques du serpent rrk), des scorpions, de la vermine et des autres animaux du désert. En tout état de cause, la genette défendait les appartements royaux, comme on se débarasse de nos jours des souris avec l'aide de chats. Dans son rôle de dévoreuse de serpent, Mafdet est parfois confondue avec la mangouste, ou ichneumon. Mafdet est devenu l'incarnation de la force destructrice du pharaon lorsque celui-ci se sert d'un harpon — ainsi appelé « les griffes de Mafdet » — ou d'un bâton de jet dans les scènes de chasse. Il semble que peu à peu le rôle de Mafdet ait été annexé au chat, probablement sous la forme de la déesse Bastet. Les papyri de la fin du Nouvel Empire mentionnent parfois Mafdet comme celle qui veille au respect de la justice lors de la pyschostasie dans le Livre des morts.
  • Dents et mâchoires dans les représentations religieuses et la pratique médicale de l'Égypte ancienne, T. Bardinet, Editrice Pontifico Istituto Biblico, Rome, 1990.
Remonter
Imprimer cette entréeMahou.
Histoire • Nom propre.Deuxième prophète d'Amon sous le règne d'Hatshepsout dont la tombe à Cheik el-Gournah porte le numéro 120. Remonter
Imprimer cette entréeMammisi, Maison de Naissance.
Cliquez pour agrandir l'image\

Mammisi, Maison de Naissance
Le mammisi du temple d'Horus à Edfou.

Égyptologie • Nom commun.Temple de petites dimensions, à proximité du temple principal, utilisé lors des mystères de la naissance divine.ΕC'est Jean-François Champollion qui donna à ce « lieu de naissance » le nom littéral de mammisi. Durant l'antiquité, un cortège de prêtres portaient les barques abritant les statues des dieux pour les amener sur la voie sacrée jusqu'au mammisi, où devait naître le fils divin (on pensera notamment à Harsomtous — Harsamtaoui —, fils d'Horus et Hathor de Dendérah).
  • Les Mammisis de Dendera, F. Daumas, IFAO, Le Caire, 1959.
  • Les fêtes du Mammisi, E. Louant, in Égypte, Afrique & Orient, n° 32, Décembre 2003, p. 31 à 48.
Remonter
Imprimer cette entréeMandjyt, Mndjy.t.
Mythologie • Nom propre.Nom donné à la barque de Rê pendant son voyage diurne. Remonter
Imprimer cette entréeMandoulis, Mandulis, Merour, Mrwr.
Cliquez pour agrandir l'image\

Mandoulis, Mandulis, Merour, Mrwr
Représentation des deux ba de Mandoulis sur le temple de Kalabsha. Photo © A. Guilleux, Une promenade en Égypte.

Mythologie • Nom propre.Dieu aux apparences multiples, d'origine nubienne.ΕMandoulis, dont le nom grec dérive de l'ancien égyptien Mrwr (Mrw, Mrwl, Mrwtr...), est principalement adoré par les peuples de Nubie, et notamment les Blemmyes de Basse-Nubie. On retrouve le dieu dans le grand temple qui lui est consacré en Nubie (temple de Kalabsha), mais également sur l'île de Philae où une chapelle et d'autres constuctions lui sont consacrées, et servirent au culte que rendaient encore les Blemmyes à Mandoulis après la christianisation. Dieu polymorphe, il est le lion puissant, cher aux peuples de Nubie, mais apparaît également sous des formes liées au culte solaire et au culte osiriaque : Mandoulis est l'oiseau à tête d'homme, coiffé de la perruque-ibes, du bandeau-seshed et surmonté de la couronne hemhem, semblable au ba, mais aussi le faucon ou l'homme à tête de faucon, tout comme Horus. Tantôt jeune homme, tantôt enfant (portant la tresse caractéristique, la « mèche de l'enfance »), il est représenté sur une fleur de lotus, incarnant ainsi la renaissance solaire. Dans la conception des cycles, le ba de Mandoulis, dressé sur un cobra se tenant sur le sm3-t3wy et émergeant d'un fourré de lotus incarne le retour de l'inondation marquant le jour de l'an et la renaissance solaire. Mandoulis sera d'abord un fils d'Isis et Osiris, avant de devenir par syncrétisme Horus, le fils même d'Isis et d'Osiris (Zeus) pour les Grecs. Son culte connaît ainsi un essor incroyable à l'époque ptolémaïque et se maintient jusqu'aux environs du VIe ou VIIe siècle. Mandoulis est également associé à la déesse Satet (la Satis des Grecs), déesse de la première cataracte du Nil, ainsi qu'à la déesse cobra de Bouto, Ouadjet.
  • Une promenade en Égypte, A. Guilleux, à découvrir en ligne : Voir le site
Remonter
Imprimer cette entréeMastaba.
Cliquez pour agrandir l'image\

Mastaba
Le mastaba de Niankhkhnoum et Khnoumhotep, découvert sous la chaussée d'Ounas à Saqqarah.

Architecture • Nom commun.Nom donné aux tombes de l'Ancien Empire que, par pur privilège pharaonique, les membres de la famille royale et un nombre considérable de hauts dignitaires de l'État se firent construire dans l'entourage de la pyramide du souverain lui-même.ΕIssu de la langue arabe moderne, le terme mastaba définit les banquettes de forme trapézoïdale que l'on peut encore voir de nos jours devant certaines maisons villageoises égyptiennes. C'est ce vocable que l'égyptologue français Auguste Mariette (1821-1881) retint pour qualifier les tombeaux de l'Ancien Empire, tout étonné qu'il fut de la ressemblance entre les deux silhouettes. Bien qu'il y en ait de toute forme et de toute superficie, le mastaba se compose de deux parties importantes et indépendantes l'une par rapport à l'autre : un caveau creusé plus ou moins profondément et aménagé au fond d'un puits vertical dans lequel repose le sarcophage ; et une chapelle, à la surface, souvent richement décorée, accessible à la famille et aux amis afin que puisse être célébré, à des moments bien précis, le culte funéraire, essentiellement alimentaire, que l'on rendait au défunt. Cette chapelle pouvait soit consister en une seule niche dans laquelle une stèle rappelant le défunt avait été déposée, soit en une pièce de dimensions variables. Remonter
Imprimer cette entréeMédecine.
Sciences • Nom commun.La médecine égyptienne de l'antiquité s'avère très tôt fortement évoluée. Attestée déjà aux alentours de 4000 av. J.-C., les Égyptiens furent parmi les premiers peuples à posséder des médecins, dont sans doute l'un des plus illustres fut Imhotep. Connaissant les remèdes à tous leurs maux quotidiens (piqûres de scorpions et d'abeilles, morsures de serpents, coups de soleil, certaines maladies des yeux, etc.), ils font également appel au dieu Thot, le dieu scribe qui possède la connaissance et sait soigner les blessés au combat. Même s'il est peu fréquent que l'Égyptien ancien meurt de vieillesse, et que bien souvent il décède des causes de maladie ou d'une violence quelconque, guérir et soigner s'avère essentiel pour conserver l'enveloppe corporelle qui doit durer dans l'éternité et permettre au défunt de vivre convenablement dans l'Autre Monde. Ε Lire en ligne : La médecine en Égypte ancienne Remonter
Imprimer cette entréeMédicaux, Ingrédients des remèdes médicaux.
Sciences • Nom commun.La thérapeutique résultait bien souvent de remèdes magico-religieux plutôt que de réels « médicaments ». Dans l'optique d'une maladie provenant d'esprits maléfiques, de mauvais agents dans le corps, les ingrédients peuvent à nos yeux paraître exotiques et farfelus.ΕParmi les substances utilisées, on trouvait des excréments et des éléments dédiés à chasser l'esprit qui a envahi le corps par la répugnance : urines animales, organes génitaux animaux (utérus de chatte, vulve de chienne, pénis d'âne, etc.), eau souillée, fiente, excréments animaux et même humains... D'autres éléments entrant dans la composition des « remèdes » étaient tout aussi étonnants : poil de singe, queue de truie, chair et sang de sauriens, « infusion » de scorpions... La magie médicale pouvait aussi faire usage d'ingrédients traditionnels, souvent comme excipients : bile, viande (cicatrisant), cervelle, graisse et sang d'animaux, miel (antiseptique local), lait animal et lait de femme ayant enfanté un garçon... On a recourt également à des substances minérales : la chaux, le cuivre et l'oxyde de cuivre et de fer, le lapis-lazuli réduit en poudre, le sel (le natron utilisé par les embaumeurs), l'ocre jaune pour les brûlures, le sulfure d'arsenic, et bien d'autres. Enfin, la pharmacopée est riche et variée (le papyrus Ebers recense presque 500 plantes à usage médicinal) : on utilise l'acacia, l'ail, l'aloès, le blé (problèmes de peau), le benjoin, la camomille, la coloquinte, la coriandre (connue pour ses vertus rafraîchissantes, stimulante et digestives. Elle est souvent utilisée pour atténuer l'aspect irritant d'autres épices), la caroube, le cumin (les graines sont considérées comme stimulantes et efficaces contre les flatulences. On l'utilise mélangé à l'eau pour soulager les douleurs arthritiques, et également mêlé à de la graisse ou du saindoux en suppositoire anal pour apaiser les démangeaisons), le cyprès, les dattes, l'ébène, l'encens (contenant comme le hachisch du tétrahydrocannabinol anesthésiant la douleur), le pavot (les médecins devaient avoir une idée relativement bonne des propriétés de cette plante), la mandragore (provenant du pays de Canaan, puis cultivée de manière endémique au Nouvel Empire, elle serait aphrodisiaque et provoquerait des états d'inconscience), la menthe (problèmes digestifs et gastriques, et vertus énergétiques), la rose, le safran, le styrax, le sycomore, l'oignon, l'orge grillé, le mélilot, le lotus, la myrrhe, le pavot à opium (anesthésiant, anti-douleurs, somnifère), la noix, le papyrus... D'autres substances végétales sont sujettes à controverse, puisque le climat antique n'était pas le même qu'aujourd'hui : certaines plantes ont-elles pu exister sur la terre des pharaons ? D'autres plantes aujourd'hui visibles en Égypte étaient-elles présentes dans l'Antiquité ? Le remède est préparé selon un protocole rigoureusement préétabli. L'administration se fait sous toutes les formes : en potions, en mélanges compacts, en pâte, en baumes et en pommades, en collyres appliqués avec une « plume de vautour », par fumigations ou par lavement, par injections vaginales. Pour que le remède puisse être aisément absorbé, on le mêlait à du miel, du lait, de la bière ou du vin. Remonter
Imprimer cette entréeMédicaux, Instruments médicaux.
Sciences • Nom commun.Beaucoup d'instruments de médecine utilisés aujourd'hui étaient déjà en usage dans l'Égypte pharaonique, soit dans une forme moins évoluée, soit parfois à l'identique : scalpels, couteaux divers, pinces, pointes et poinçons, aiguilles et fil à recoudre, compresses, forceps, divers pots et vases pour contenir les remèdes, ingrédients et onguents, balances, cuillers, etc.. Les archéologues ont également mis au jour de nombreuses prothèses, pour les doigts, les mains, sans que l'on soit sûr de leur usage médical. La plupart des instruments tranchants sont d'abord munis d'une lame de pierre, le plus souvent du silex ou de l'obsidienne. Par la suite ils évolueront avec d'abord une lame de bronze, puis une lame de fer. La stérilisation du matériel apparaîtra conjointement avec l'utilisation de ces métaux. La cautérisation du matériel à la flamme permettait également de limiter les saignements lors de l'incision de vaisseaux. Remonter
Imprimer cette entréeMédicaux, papyri médicaux.
Sciences • Nom commun.Les papyri médicaux nous ont révélé comment les anciens Égyptiens percevaient les maladies et comment ils guérissaient. Dans les temples se trouvait une salle appelée « maison de vie » (pr ˁnḫ) où les jeunes médecins pouvaient peaufiner leurs connaissances auprès de grands médecins, et consulter dans les bibliothèques des papyri médicaux, que les scribes recopiaient sans cesse afin de conserver la mémoire de cette science. Un certain nombre de ces papyri sont pour partie ou entièrement dédiés à une spécialité.Ε Lire : La médecine en Égypte ancienne
  • Les papyrus médicaux de l'Égypte pharaonique, T. Bardinet, Éditions Fayard, 1995.
  • The Edwin Smith Surgical Papyrus- Published in Facsimilie and Hieroglyphic Transliteration with Translation and Commentary in Two Volumes, J. H. Breasted, The University of Chicago, Chicago, 1930.
  • The Edwin Smith Surgical Papyrus - Volume One, Hieroglyphic Transliteration, Translation and Commentary, J. H. Breasted, The University of Chicago, Chicago, 1930.
  • The Edwin Smith Surgical Papyrus - Volume Two, Facsimilie Plates and Line for Line Hieroglyphic Transliteration, J. H. Breasted, The University of Chicago, Chicago, 1930.
  • The Papyrus Ebers. The Greatest Egyptian Medical Document, B. Ebbell, Levin and Munksgaard, Copenhage, 1937.
  • The Papyrus Ebers, A New English Translation, Commentaries and Glossaries, P. Ghalioungui, Academy of Scientific Research and Technology, Le Caire, 1987.
Remonter
Imprimer cette entréeMédinet Habou, Complexe de Médinet Habou.
Cliquez pour agrandir l'image\

Médinet Habou, Complexe de Médinet Habou
L'une des salles du palais royal de Médinet Habou, où le souverain recevait les visiteurs.

Géographie • Nom propre.Situé au sud de la nécropole thébaine et à 1,5 km au sud-ouest du Ramesseum (le « Temple de Millions d'Années » de Ramsès II), le temple de Médinet Habou porte aujourd'hui le nom arabe de ce que les anciens Égyptiens appelaient Djémé et que les Coptes nommaient Djemi. Ε Lire : Le temple de millions d’années de Ramsès III à Médinet Habou Remonter
Imprimer cette entréeMédinet Habou, Composition du complexe de Médinet Habou.
Cliquez pour agrandir l'image\

Médinet Habou, Composition du complexe de Médinet Habou
L'architecture du temple peut aujourd'hui être appréciée lors d'un vol en ballon.

Géographie • Nom propre.Ramsès III (XXème dynastie), héritier de l'usurpateur Setnakht, se prévaut de réaliser dans la lignée de Ramsès II, un temple à la démesure d'un grand roi. Pour résister au temps, les hiéroglyphes et bas-reliefs ornant les murs seront incroyablement gravés dans la pierre : on y insert aisément la main ! Le plan est directement inspiré de celui du Ramesseum de Ramsès II, à quelques centaines de mètres plus au Nord. Et pour parvenir à ce but, Ramsès III va dépouiller le Ramesseum de son personnel et de ses terres.Ε Lire : Le temple de millions d’années de Ramsès III à Médinet Habou Remonter
Imprimer cette entréeMédinet Habou, Double théorie des princes de Médinet Habou.
Cliquez pour agrandir l'image\

Médinet Habou, Double théorie des princes de Médinet Habou
L'un des princes de la « double théorie » de Médinet Habou.

Histoire • Nom propre.La seconde cour du temple de Ramsès III présente sur le mur Ouest une frise de princes . Si l'égyptologue Christian Leblanc y voit une double théorie de princes, la thèse n'est toujours pas appuyée et validée. Sur les 32 personnages représentés, seuls 20 sont clairement identifiés. La frise se découpe en deux parties : celle du mur côté Nord comporte 13 princes ; celle du Sud 19 princes.Ε Lire : Le temple de millions d’années de Ramsès III à Médinet Habou Remonter
Imprimer cette entréeMédinet Habou, Explorations archéologiques à Médinet Habou.
Histoire • Nom propre.Au cours du XVIIIe siècle, la remontée du Nil était encore fort périlleuse. Aussi les personnes qui s'y aventuraient avaient-elles bien souvent choisi de rester à bord du bateau, et d'observer les vestiges des monuments à la lunette. Le Danois F. L. Norden s'y appliqua, et entrevit un jour la porte fortifiée de Médinet Habou, qu'il considéra d'abord comme la porte d'une ville.Ε Lire : Le temple de millions d’années de Ramsès III à Médinet Habou Remonter
Imprimer cette entréeMédinet Habou, Personnel du temple de Ramsès III à Médinet Habou.
Géographie • Nom propre.Le papyrus Harris, qui témoigne du règne de Ramsès III et conserve l'historique des grands évènements de cette période, apporte des précisions sur le personnel du temple de millions d'années. Ε Lire : Le temple de millions d’années de Ramsès III à Médinet Habou Remonter
Imprimer cette entréeMédinet Habou, Temple de millions d'années de Ramsès III à Médinet Habou.
Cliquez pour agrandir l'image\

Médinet Habou, Temple de millions d'années de Ramsès III à Médinet Habou
Le premier pylône du Temple de millions d'années de Ramsès III à Médinet Habou.

Géographie • Nom propre.L'un des devoirs du souverain envers les dieux est de leur construire un temple. L'extérieur du temple de Ramsès III à Médinet Habou porte les scènes rituelles de la fondation du temple. Ramsès III choisit le terrain, en traces les limites en tirant un cordeau, établit le moment opportun en fonction de l'astrologie sacrée, creuse la première tranchée de fondation, et pose la première brique du temple de ses mains.Ε Lire : Le temple de millions d’années de Ramsès III à Médinet Habou Remonter
Imprimer cette entréeMédinet Habou, Visite de Médinet Habou de nos jours.
Voyage • Nom propre.Le site est actuellement ouvert à la visite de 7h00 à 17h00. L'entrée est d'environ 12 à 15 livres égyptiennes soit environ 1,85 euros (Notez qu'avec l'inflation, les prix d'accès de tous les sites de la rive Ouest de Thèbes sont de plus en plus tirés vers le haut !). Pour les voyageurs individuels, un hôtel sans prétention mais tout à fait convenable se trouve juste en face du temple, de l'autre côté de la route, tout comme un petit restaurant idéalement situé. Le site de Médinet Habou est correctement aménagé, et mis à part quelques petites rampes d'accès, demeure accessible à tous.Ε Lire : Le temple de millions d’années de Ramsès III à Médinet Habou Remonter
Imprimer cette entréeMehou, Mehu.
Histoire • Nom propre.Vizir dont la tombe à Saqqarah est datée du règne de Téti Ier. Il est possible qu'il fut un proche de Kagemni. Peut-être marié à Ankhemerirê, son fils se nommait Hetepka. Remonter
Imprimer cette entréeMenat, Collier-menat.
Cliquez pour agrandir l'image\

Menat, Collier-menat
Mout présente les colliers-menat, tandis que Neb-Maât-Rê offre de l'encens à Amon. (Notez le creusement du cartouche de droite, remanié).

Égyptologie • Nom commun.Lourd collier constitué de perles métalliques, s'attachant dans le dos et retenu par un poids. Directement lié à la déesse Hathor, le collier produit par l'entrechoquement de ces perles un léger bruissement sensé rappeler le bruit de la déesse traversant les fourrés de papyrus. Offert le plus souvent par la déesse Hahtor ou par l'épouse du roi, le souverain reçoit le collier-menat en signe de protection, garantissant également sa renaissance par l'association du collier au lait de la déesse vache. Remonter
Imprimer cette entréeMéplats.
Égyptologie • Nom commun.◊ Chacune des surfaces qui compose un objet.
◊ Plan servant de jonction entre deux autres surfaces. Remonter
Imprimer cette entréeMerenptah, Campagnes de Merenptah.
Histoire • Nom propre.Campagnes menées par le pharaon Merenptah.ΕDepuis l'an 10 du règne de Ramsès II, l'Égypte connaît une période de paix, qui dure depuis environ cinquante-sept ans. Les Hittites s'affaiblissent, et leur empire disparaît au début du XIIe siècle av. J.-C. : l'empire assyrien de Salmanazar (aux environs de 1275-1245 av. J.-C., peut-être vers 1264-1235 comme le propose l'historien P. Grandet) monte en puissance, et fait face aux Hittites. Salmanazar Ier prend une partie de la Syrie, probablement jusqu'à la Méditerranée. Les dates de règne de Salamanazar correspondant à des événements du règne de Ramsès II, on peut poser deux hypothèses : Soit, en l'an 5 de Salmanazar, vers 1260 av. J.-C., on se situe en l'an 20 du règne de Ramsès II, ce qui coïncide avec la date du traité de paix égypto-hittite : dans ce cas, les Hittites signent un accord de paix et d'assistance mutuelle avec l'Égypte pour se prémunir des attaques de Salmanazar, même si aucune application de ce traité n'est attestée ; soit l'an 5 de Salmanazar correspond à l'an 40 de Ramsès II, vers 1240 av. J.-C., et correspond à la mort d'Hattoussilli III, ce qui expliquerait une attaque soudaine des Hittites par Salmanazar. Dans ce contexte historico-géographique, plusieurs campagnes de Merenptah nous sont connues, notamment une campagne de l'an 5, datée par un document rédigé à cette date, mais qui aurait sans doute eu lieu bien avant. Il n'est pas exclu que certaines campagnes égyptiennes aient eu lieu, sans que Merenptah y prenne part en personne. À l'Est, en Asie, il mène campagne jusqu'à Canaan. À l'Ouest, il combat sans doute contre les Libyens. Au sud, il affronte Koush. Le premier document attestant d'une bataille est une stèle, dont la seconde face est un document d'Amenhotep III décrivant ses constructions. Cette stèle, la célèbre « stèle d'Israël », porte la première et unique mention connue d'Israël en Égypte. Le texte est daté par la mention : « [...] l'an 5, le troisième mois de Chemou, le troisième jour de Ba-en-Rê Merenptah [...] », et comprend en égyptien hiéroglyphique le nom « Ysiriar », avec le déterminatif du peuple, et non pas du pays. Notons que les Égyptiens ne possédaient pas le son « l » qui termine le mot Israël, et qu'ils usaient du « r » sans doute très « roulé » pour le rendre phonétiquement. Ce document fait le récit des campagnes à l'extérieur du Double Pays, au Nord-Est de l'Égypte. Y sont citées les villes de Yénoam en Palestine, Gezer au Sud de la Palestine (sur une des voies d'accès entre Jaffa et Jérusalem), Isharni (Ascalon), le Tjehenou (ou Tchehenou, à l'Ouest), le peuple d'Israël, et une contrée du « Hatti satisfait » (ou « Hatti en paix », avec la désignation hiéroglyphique htp). À Karnak sont également dépeintes les campagnes de Merenptah, à l'extérieur de la salle hypostyle, où le roi est représenté terrassant les ennemis avec le khepesh, ou encore dans son char prenant la ville d'Ascalon. Nul doute que ces campagnes avaient pour seul but la protection des voies d'accès et voies commerciales. Au Sud, Merenptah réprime le vice-roi de Koush. Viennent ensuite les campagnes contre les « Peuples de la Mer » : les « Lebous » (Rbw, dans le texte égyptien) — probablement les Libyens, accompagnés des Machaouachs (ou Meshweshs), des Loukous (ou loukkos, souvent identifiés aux Lyciens), les Ekoueshs (ou Eqoueshs, c'est-à-dire les Acchéens), les Tereshs (futurs Étrusques ?), les Shardanes (Sardes) et les Shekeleshs (ou Sikala, les futurs Sicules de Sicile). Il s'agit de peuplades venues probablement de l'Ouest, peut-être d'origine mycénienne, cherchant à s'installer en Méditerranée de l'Est. On les nomme « Peuples de la Mer », car leurs noms sont suivis dans les textes des mentions « pa yam » (mot sémitique signifiant « la mer », ou plus vaguement une étendue d'eau de grande importance), et de « ouadj-our », c'est-à-dire en égyptien « le grand vert ». C'est d'ailleurs sur ces deux désignations que se querellent encore les Égyptologues, puisque si pour beaucoup le sens de « ouadj-our » ne fait aucun doute, et qu'il désigne la mer, pour d'autres — notamment C. Vandersleyen — « ouadj-our » ne veut jamais dire la mer, et serait plutôt le Delta et la Vallée du Nil. Si on admet cette seconde version, alors des Shardanes et Shekeleshs sont peut-être déjà installés en Égypte, dans le Delta. Par ailleurs, l'inscription de Karnak nous précisent que les Lebous et les Machaouachs se seraient coalisés avec les « Peuples de la Mer », ce qui n'est pas sans semer le doute dans l'interprétation de leurs origines et de leur implantation géographique. Aujourd'hui, il est donc plutôt raisonnable d'utiliser le terme de « Peuples du Nord », ce sur quoi la grande majorité est d'accord, et d'éviter le sempiternel débat. On pense que Merenptah a combattu à l'Ouest et à l'Est du Delta, face à des Lebous installés sur la côté, en peuplades pastorales, puisque les scènes les présentent en éleveurs de bétail dans les reliefs des cités prises par Merenptah à Karnak. La bataille aurait eu lieu à Perirou, qu'on ne situe pas aujourd'hui, mais qui pouvait se situer sur la branche canopique du Nil. Le problème est que les textes disent que les Lebous viennent du Tjehenou (Tchehenou) et du Tjemehou : on suppose qu'ils ont traversé les deux régions, l'une après l'autre. Les écrits nous décrivent un périple passant par une oasis — celle de Dakhla ? — et par Farafra. Ceci supposerait que les Lebous et les Machaouachs viendraient du Sud-Ouest, et non pas du Nord-Est. Ils auraient ensuite été rejoints par les Peuples de la Mer. Notons que cet exode est peut-être dû à un changement climatique dans leur pays d'origine, tout comme la campagne de Merenptah visant à repousser les Nubiens qui remontaient vers le Nord, sans doute pour les mêmes raisons. L'issue de toutes ces campagnes est favorable à Merenptah : la stèle d'Amada précise que Merenptah a prit Gezer, et anéanti les Lebous. Il devient également un « taureau puissant contre Koush » et contrôle désormais la Nubie. Remonter
Imprimer cette entréeMerenptah, Merneptah, Mineptah.
Histoire • Nom propre.Quatrième pharaon de la XIXe dynastie ayant régné approximativement de 1213 à 1203 av. J.-C.. Treizième fils de Ramsès II, ayant élaboré un grand programme architectural — certes moindre que celui de son illustre père — et ayant repoussé de nombreuses attaques contre l'Égypte.ΕMerenptah est le quatrième enfant d'Isisneferet, troisième fils de la Grande Épouse royale de Ramsès II. Les cartouches de Merenptah sont visibles sur bon nombre de monuments et d'œuvres, sur des œuvres originales ou usurpées. Son nom « Mineptah » que l'on trouve parfois dans la documentation moderne, est une version erronée de Merenptah, qui signifie « aimé de Ptah ». Son nom d'introduction est « ba-en-rê », ou « bélier-de-rê » puisque le bélier remplace l'oiseau-ba dans ses cartouches. Il est également « mery-Imen », « aimé d'Amon », comme beaucoup de ses prédécesseurs. Son nom de naissance complet est « Mer-en-Ptah, Hetep-her-Maât » : « Aimé de Ptah, Celui qui satisfait la Maât ». On doit à Merenptah plusieurs statues, pour certaines réalisées pour lui, pour d'autres des usurpations, dont deux provenant de la cachette de Karnak (l'une exposée au Musée du Caire, la seconde devant le Musée de Louxor). Sur l'une d'elle, on retrouve la princesse Bentanat, que Merenptah aurait peut-être épousé. Ces deux statues ont, pense-t-on, été usurpées à Amenhotep III, tout comme deux autres statues du Metropolitan Museum de New York provenant de Memphis, représentant le roi assis, sous les traits d'Amenhotep III. Merenptah reprendra la plupart des blocs du temple funéraire d'Amenhotep III à Kom el-Hettan pour construire son propre temple de millions d'années. Les cartouches de Merenptah se retrouve également sur le célèbre sphinx d'Amenemhat II qui se trouve au sous-sol du Musée du Louvre et accueille le visiteur dans la collection égyptienne (on y trouve par ailleurs le cartouche de Chechonq Ier, de la XXIIe dynastie). On lui connaît aussi une colonne à Héliopolis, fasciculée et réalisée dans un bloc de grano-diorite, où figure ses cartouches. À Memphis, il fait réaliser un palais dont il ne reste que quelques rares arasements. Le site, fort abîmé, a été fouillé par Petrie, et très peu fouillé par la suite. L'essentiel était construit en brique crue, hormis les seuils, montants et linteaux de portes. Ce palais réservé aux audiences se compose comme un temple, dont quelques uns des six piliers de la salle principale sont aujourd'hui au Musée de Memphis. L'essentiel des vestiges — colonnes polychromes, cadre de porte — est aujourd'hui conservé au PEN Museum de Philadelphie, dans une grande mise en scène muséographique « à l'américaine ». Il est encore difficile de savoir pourquoi Merenptah va succéder à son père, puisqu'il n'est pas le fils aîné, mais le treizième fils de Ramsès II, et le quatrième enfant d'Isisneferet, comme expliqué supra. On suppose généralement que tous les héritiers de Ramsès II plus âgés que Merenptah sont morts avant celui-ci, et que Ramsès a ainsi désigné de son vivant son successeur. Merenptah apparaît dans la documentation entre l'an 5 et l'an 9 de Ramsès II, ne serait-ce que sur la stèle de la bataille de Dapour. Avec un calcul approximatif de son règne basé sur celui de son père, on constate que Merenptah monte sur le trône à un âge avancé — environ 60 ans —, et que son épouse Bentanat aurait ainsi 70 ans ! Cette Bentanat serait sans doute sa sœur, puisqu'elle apparaît sur deux statues de Merenptah : la première, devant le Musée de Louxor, porte des traces d'usurpation : si on considère que la représentation de Bentanat date du règne de Merenptah, il va de soi qu'elle fut l'épouse de Merenptah, puisqu'elle porte simultanément les titres de « fille du roi » — donc fille de Ramsès II —, « sœur du roi » — puisque Bentanat et Merenptah ont le même père — et « grande épouse royale » — en tant qu'épouse de Merenptah. Néanmoins, la représentation a été re-gravée par-dessus une scène précédente : la statue était sans doute celle d'Amenhotep III, usurpée par Ramsès II, puis une nouvelle fois usurpée par Merenptah. Il épouse aussi une dénommée Isisneferet, présente sur une statue dans le temple de Louxor, où figure le nom de Merenptah, ainsi que sur une stèle du Gebel Silsileh. Etonnamment, elle n'est jamais appelée « fille du roi », ce qui laisse penser qu'elle n'est peut-être pas sa sœur — la sixième fille de Ramsès II —, bien qu'elle est pu faire partie de la famille. On sait par ailleurs que Merenptah devient Général en chef vers l'an 40 du règne de Ramsès II, et prend le titre d'jry-pˁt en l'an 55. Ces enfants sont Séthy Merenptah — le futur Séthy II —, Khaemouaset, mentionné par des stèles rupestres, et un hypothétique troisième fils — nommé également Merenptah. Merenptah aurait régné peut-être une dizaine d'années, d'après les documents contemporains mentionnant l'an 10, le deuxième mois d'akhet — donc un règne d'au moins neuf ans, deux mois et treize jours. Manéthon mentionne l'an 19 — au lieu de l'an 9 — d'un Aménophis suivant Ramsès II, sans doute par erreur, ce qui n'est pas rare dans les écrits de l'historien. Deux personnages importants nous sont connus sous son règne : le vizir Houri et le vice-roi de Koush, Messouy (représenté présentant la stèle d'Amada à Merenptah en l'an 5 de son règne, dans le temple d'Amada, à côté de la stèle). Ce dernier fut probablement remplacé à la fin du règne par Khaemteri. Remonter
Imprimer cette entréeMererouka.
Histoire • Nom propre.Vizir de Téti Ier, dont il est le fils, Grand Prêtre de Rê et stoliste de Min. Il était marié à la princesse Sesheshet Ouatetkhetor (Ouatetkhator). Remonter
Imprimer cette entréeMeresger, Meretseger, Merseger, Merit-seger.
Cliquez pour agrandir l'image\

Meresger, Meretseger, Merseger, Merit-seger
Ostracon polychrome figurant la déesse Meresger, provenant de Deir el-Médineh.

Mythologie • Nom propre.Déesse serpent.ΕLe culte rendu à la déesse Meresger (que l'on trouvera sous différentes graphies modernes, Méryt-séger, Meretseger...) est bien particulier. En effet, la déesse-serpent, dont le nom signifie littéralement « celle qui aime le silence » est adorée à profusion durant l'époque ramesside (XIIIe-XIIe siècle av. J.-C.) (limitation temporelle), et sur le site de Deir el-Médineh (limitation spatiale). Ses qualificatifs fournissent une explication originale de son existence : Meresger est la représentation animale de la cîme thébaine, l'éperon rocheux surplombant la Vallée des Rois. Elle acquiert tour à tour dans les textes les épithètes de « beau promontoire » (t3 dhn.t nfr.t), de « grand promontoire à l'ouest de Thèbes », de « maîtresse du promontoire », ou de « grande déesse de la nécropole ». Son adoration en ces lieux et temps n'est pas hasardeux : à mi-chemin entre la Vallée des Reines et le village des ouvriers (Deir el-Médineh) se trouve un spéos dédié à la déesse et au dieu Ptah, grotte creusée dans un repli de la montagne, sans construction, et qu'un éperon à la curieuse forme de serpent surmonte. Aujourd'hui, d'autres témoignages d'éperons rocheux en forme de serpent rendent cette possibilité d'assimilation aux dieux et déesses ophidiens possibles. Au sein du village des ouvriers, les rites, cultes et croyances autour de la déesse sont forts. Stèles et inscriptions sont visibles au sein du spéos creusé dans une anfractuosité naturelle, et témoignent de la ferveur passée, tout comme d'autres ostraca, autels personnels, chapelles votives et ex-voto. Un chanteur et un serviteur recruté au sein du village lui sont dévoués. La déesse intègre les deux profils du serpent dans la conception égyptienne : le côté puissant et protecteur (qu'on retrouve en tant que Ouadjet, l'uraeus, cobra royal au front du roi et des dieux) aidant les ouvriers, mais aussi le pouvoir destructeur et juge ; Meresger peut « prendre la vue », puis pardonner, punir, châtier. De nombreuses stèles et quelques ostraca témoignent de ses actions. La stèle de Néferabou au Louvre présente un texte en hiéroglyphes suivi d'une représentation de la déesse Meresger au corps de serpent, et à la tête de femme, de vautour et de serpent ; Néferabou se qualifie lui-même d'homme ne sachant distinguer le bien et le mal. Meresger l'aurait alors puni « comme un lion féroce », mais la stèle ici présente l'aurait apaisée : Néferabou est pardonné. Les représentations sont nombreuses, sur divers supports, essentiellement des ostraca, stèles et statues de taille moyenne. Meresger est représentée généralement sous forme de serpent, sans savoir exactement de qu'elle espèce il s'agit : serpent au cou gonflé, soutenu par une multitude de vipères (de 10 à 18), cobra ou naja (?), vipère à corne. Très souvent, elle porte la couronne rouge, la couronne blanche, voire les deux simultanément, les double-plumes ornées du disque solaire, ou encore les cornes d'Hathor entourant le disque solaire. Sans plus de précision, Guillemette Andreu note au sujet de la « Stèle dédiée par le sculpteur Qen à la déesse Rénénoutet-Meresger » (Catalogue d'exposition Les artistes de Pharaon Édition Brepols, RMN, Paris, 2002) l'assimilation de la déesse Mérseger et de la déesse Rénénoutet (en tant que déesse Rénénoutet-Meresger), également adorée à Deir el-Médineh. Meresger est également associée à la déesse vache Hathor, qui sous d'autres apparences devient serpent. Un temple à l'entrée du site de Deir el-Médineh lui est consacré, en tant que protectrice de Thèbes-Ouest. Remonter
Imprimer cette entréeMérimdé et el-Omari, Cultures de Mérimdé et el-Omari.
Histoire • Nom commun.Cultures du néolithique et du prédynastique en Basse-Égypte apparues vers 4 500 av. J.-C., marquées par l'apparition d'une forme d'agriculture et de techniques de poterie, pierre polie et vannerie. Remonter
Imprimer cette entréeMesektet, Mesktet, mskt.t.
Mythologie • Nom propre.Nom donné à la barque de Rê pendant son voyage nocturne. Dans la barque se trouvent avec Rê le génie Heka — la magie — , Sia — la connaissance — et Hou — le verbe. À la tête de la barque se tient le dieu Seth, qui lutte contre le serpent géant Apep (Apopis, ou Apophis). Dans la Stèle de l'an 400, il devient le grand hurleur : « Salut à toi, Ô Seth, fils de Nout, grand de puissance dans le bateau de millions d'années, à la proue du navire de Rê, Ô le grand hurleur [...] ! ». Remonter
Imprimer cette entréeMeskehenet, Meskhenet, Mskhnt.
Égyptologie • Nom commun.Briques de terres crues allant par quatre, utilisées de manière pratique, rituelle et magique lors des accouchements. Remonter
Imprimer cette entréeMesure, Unités de mesure.
Cliquez pour agrandir l'image\

Mesure, Unités de mesure
Coudée de Maya, ministre des Finances du roi Toutankhamon, mesurant 52,3 cm. Cette coudée en bois datée de la XVIIIe dynastie est divisée en 28 « doigts » dont chacun fait 1,86 cm. Chaque doigt est lui-même divisé de la moitié (9,3 mm — à droite de la coudée) jusqu'au 16e (1,16 mm).

Sciences • Nom commun.Les Égyptiens utilisaient des mesures qui nous sont connues en partie par les textes d'époque tardive. Les plus grandes divisions étaient celle du stade, de l'aroure, du double plèthre et du quart d'aroure. Des subdivisions ou des unités de mesures inférieures sont également évoquées dans les textes, comme le schœnion, l'orgyie, la coudée ou le pied carré. ΕLes petites mesures sont essentiellement calquées sur le corps humain. On utilise donc crescendo : le doigt (djebe), la palme(chesep), la main, la sandale, la double-palme, le petit empan, le grand empan, la coudée sacrée, la coudée-remen, la petite coudée, la grande coudée (ou coudée royale — meh ni-sout) et la corde (khet en-nou). On notera que la valeur de la coudée évolue de l'Ancien Empire (entre 0,534 m et 0,515 m) au Nouvel Empire (environ 0,525 m). Le système oncial se base quant à lui sur l'unité du pouce (1/12e de coudée). Les surfaces sont mesurées avec pour base de 100 coudées la setat. Les volumes sont calculés en heka, soir environ 4,8 litres, équivalents au boisseau de l'Ancien Empire. Les poids sont pesés en regard du deben, unité de mesure dont le poids varie à l'Ancien Empire, puis est figé au Nouvel Empire.
  • Description de l'Égypte — Exposition du système métrique des anciens Égyptiens, E. F. Jomard, à lire en ligne : voir le site
Remonter
Imprimer cette entréeMet, Metou, Mt, Mtw.
Égyptologie • Nom commun.Terme égyptien de médecine servant à désigner indifféremment les veines, les artères, les canaux, les nerfs et les tendons. Remonter
Imprimer cette entréeMétempsycose, Métempsychose.
Mythologie • Nom commun.Du latin metempsychosis, hérité du grec signifiant « déplacement de l'âme ». La métempsycose est une croyance selon laquelle l'âme peut passer d'un corps à un autre, qu'il soit humain, animal ou végétal. Remonter
Imprimer cette entréeMétensomatose.
Mythologie • Nom commun.Terme d'origine grecque désignant le passage d'un corps à un autre, et non le voyage de l'âme d'un corps vers un autre corps. Remonter
Imprimer cette entréeMin.
Mythologie • Nom propre.Dieu anthropomorphe et ithyphallique de la fertilité. Amon lui emprunte ses attributs en tant qu'Amon-Min. Remonter
Imprimer cette entréeMinmes.
Histoire • Nom propre.Échanson royal et chef des travaux du roi Thoutmosis III. Remonter
Imprimer cette entréeMinmouariya.
Histoire • Nom propre.Transcription du nom de couronnement d'Amenhotep III. Remonter
Imprimer cette entréeModius, Mortier.
Égyptologie • Nom commun.Terme latin communément utilisé en égyptologie pour désigner le ruban qui vient cercler la base de certaines couronnes. Également appelé mortier. Remonter
Imprimer cette entréeMôle.
Architecture • Nom commun.◊ Jetée en maçonnerie destinée à protéger l'entrée d'un port.
◊ Constructions de part et d'autre de la porte d'entrée d'un pylône de temple. Remonter
Imprimer cette entréeMomie, Confection d'une momie.
Société • Nom commun.Les procédés nous sont rapportés par Hérodote, Porphyre, Diodore de Sicile et Plutarque. Ces étapes ont sans aucun doute varié dans le temps, et c'est ici l'un des déroulements qui nous est connu.ΕDès la IVe dynastie, on trouve un « Supérieur des Mystères » ou « Contrôleur des Mystères », personnage de haut rang présidant à la momification, secondé par le « Chancelier Divin », lui-même assisté par un prêtre lecteur en charge de la lecture des formules incantatoires. Les supérieurs hiérarchiques portent un masque à l'effigie d'Anubis. La famille apporte le défunt aux embaumeurs. Mais même si généralement le corps est rapidement mis à disposition, Hérodote prétend qu'il arrive de manière anecdotique que les corps des femmes soient abusés avant de parvenir aux embaumeurs, surtout si elles sont particulièrement élégantes. Dans la description d'Hérodote, deux jours après le décès, un prêtre organise la cérémonie religieuse, marquant ainsi le début des rites de momification.
  • Images et rites de la mort dans l'Égypte ancienne, J. Assmann, Éditions Cybèle, Paris, 2000.
  • Rituels funéraires de l'ancienne Égypte, J. C. Goyon, Éditions Cerf, Paris, 1972.
Remonter
Imprimer cette entréeMomie, Préparation d'une momie.
Cliquez pour agrandir l'image\

Momie, Préparation d'une momie
Couteau en bronze de l'embaumeur Minmésout décoré d'une figure d'Anubis sous forme de canidé. Nouvel Empire, vers 1550-1069 av. J.-C. L. : 3,80 cm, l. : 24,50 cm.

Société • Nom commun.Le corps du défunt subit plusieurs traitement, du lavage, à l'assèchement, suivi de l'emmaillotement. Les paraschistes sont les premiers à intervenir sur le corps : ils ont la charge du nettoyage et du vidage du corps.ΕL'excérébration n'est pas encore répandue durant l'Ancien Empire. Par la suite, on utilise des crochets de bronze (Hérodote parle de « crochet de fer », mais le matériau n'est pas utilisé) introduits par les narines, et perforant l'os ethmoïde. La forme et la longueur des crochets varient (jusqu'à quarante centimètres parfois). On peut supposer par ses nombreuses formes (simple pointe, spirale, ou crochet incurvé) que certains servaient uniquement à pratiquer une ouverture dans l'os ethmoïde, d'autres à « liquéfier » le cerveau, et les derniers à retirer l'organe cérébral. Ensuite la cavité crânienne est enduite de résine, de bitume et d'onguents, et parfois de lin. Une cuiller est utilisée pour pratiquer cet enrobage, munie d'un côté d'un réservoir pour la mixture, et de l'autre de deux tubes introduits dans les narines. Les Égyptiens concevant que la pensée était située dans le cœur, le cerveau n'est alors ni conservé, ni embaumé. Il arrive que l'on referme les narines à l'aide de grains d'aromates (poivre par exemple), et les ouvertures pratiquées à l'aide de résine naturelle. Un prêtre scribe trace la zone où une incision va être réalisée sur le flanc du mort. Les paraschistes pratiquent ensuite une ouverture de huit à quatorze centimètres sur le flan gauche de la dépouille à l'aide d'une grande lame tranchante que l'on nomme communément obsidienne (autrefois pierre d'Éthiopie). « Ensuite, avec une pierre éthiopienne aiguisée, ils fendent le flanc, font sortir tous les intestins de l'abdomen, le lavent avec du vin de palmier, le saupoudrent de parfums broyés et finalement le recousent après l'avoir rempli de myrrhe pure concassée, de cannelle et d'autres parfums, dont l'encens seul est exclu. » [Hérodote, Histoires, II, 86-87] Le choix du côté gauche résulte de deux critères : techniquement, les organes sont plus aisément retirés en pénétrant le bras par ce côté. En second lieu, le côté gauche est pour les anciens Égyptiens le côté positif, en contradiction avec le côté droit. À partir du Nouvel Empire, les organes internes sont prélevés, lavés avec du vin de palme, imprégnés d'onguents (de la myrrhe — commiphora myrrha — le plus souvent) et placés dans les vases canopes. À l'origine, ce sont de simples récipients aux couvercles soit nus et bombés, soit présentant une tête d'homme. C'est au Nouvel Empire qu'apparaissent les têtes des quatre fils d'Horus sur les canopes. Ceux-ci portent l'effigie d'un des fils d'Horus et protège chacun les viscères : Qebehsenouf le faucon protège les intestins, Douamoutef le chien protège l'estomac, Hâpi le babouin protège les poumons, et Amset l'humain protège le foie. Les canopes sont utilisés jusqu'à la IIIe période intermédiaire. Avant et après l'utilisation des canopes, les organes sont souvent emmaillotés dans une bande de lin et replacés à l'intérieur du corps. Interviennent ensuite les taricheutes, en charge de la dessiccation du corps. Les opérants font reposer le corps dans un bain de natron (constitué en proportions variables de carbonate de soude, de bicarbonate de soude, de chlorure de sodium, de sulfate de sodium et de sels minéraux divers — le natron provient du lac Natroum au Nord-Ouest du Caire) en principe durant soixante dix jours. Il convient de considérer le bain de natron comme une hypothèse. Les égyptologues restent partagés sur le fait que le corps fut soit baigné dans une solution de natron, soit posé sur une table et recouvert de natron. De fait on cherche la solution dans le fait que les ongles de certaines momies étaient liés au cadavre par de petits fils noués. Des tests réalisés sur quatre pigeons prouvent peut-être l'utilisation du natron « sec » : les pigeons plongés dans des solutions d'eau et de natron ou de sel se sont décomposés de manière difformes ; les pigeons contenus sous un amas de natron ou de sel ont pris l'aspect des momies égyptiennes. On a retrouvé des petits sachets de lin contenant du natron dans certaines momies, confirmant la volonté de dessécher correctement le corps, y compris de l'intérieur. Ses propriétés antiseptiques et dessicatrices garantissent la bonne conservation du corps. Le natron élimine les corps gras contenus dans les chairs, et sert d'agent purificateur, d'où son caractère sacré et son utilisation dans les cérémonies religieuses. Il est encore utilisé de nos jours pour blanchir le lin. Après 30 à 40 jours dans ce bain salé, le corps est lavé puis parfumé (myrrhe, herbes aromatiques, etc.). Il arrive qu'il soit aussi teint au henné, de couleur rouge pour les hommes, et de couleur jaune pour les femmes. Pour que le corps conserve son aspect et ne s'affaisse, on le remplit, pour les plus riches, de lin de qualité supérieure, de graisse animale, de lichen (momie de Siptah et Ramsès IV), etc., et pour les moins aisés, d'argile, de chiffons, de sciure, voire même de tessons de poteries et de céramiques ! La momie de la reine Nedjmet (Nedjemet), épouse du roi Héri-Hor, à l'origine de la dynastie des rois prêtres, témoigne de la technique poussée à son extrême : elle apparaît avec des joues fortement rondes et exagérées. Une fois l'opération achevée, une plaque de cire ou d'or (voire d'électrum), gravée d'un œil-oudjat garantissant l'intégrité, vient recouvrir l'incision. Les yeux sont souvent retirés, et remplacés par des prothèses réalistes, en verre, en pierre... ou par des oignons !
  • Images et rites de la mort dans l'Égypte ancienne, J. Assmann, Éditions Cybèle, Paris, 2000.
  • Rituels funéraires de l'ancienne Égypte, J. C. Goyon, Éditions Cerf, Paris, 1972.
Remonter
Imprimer cette entréeMomies d'enfants, de bébés et de fœtus.
Société • Nom commun.Les enfants royaux peuvent bénéficier d'une momification au même titre que leurs parents. Très peu répandus au Moyen Empire, on en trouve cependant de nombreux exemples au Nouvel Empire. La momification des enfants est beaucoup plus systématisée à l'époque romaine.ΕLa momification des bébés et des fœtus n'est attesté qu'au Nouvel Empire. C'est un point fort important à considérer : momifier une personne, pour les anciens Égyptiens, revient à lui garantir une seconde vie dans l'au-delà. On se pose donc la question de savoir pourquoi un enfant mort-né ou un fœtus qui n'ont pas eu de vie terrestre bénéficieraient d'une seconde vie. Le cimetière du village de Deir el-Médineh est organisé en étages sur le flanc de la colline : tout en haut sont enterrés les adultes, en dessous les adolescents, ensuite les enfants, et enfin les bébés, fœtus et ce que certains nomment tekenou, dont on ne sait pas encore traduire le nom (on a retrouvé des bandelettes, des tissus imbibés de sang, des bouts de viscères, etc.). Deux fœtus ont été retrouvés dans la tombe de Toutankhamon, tous deux contenus dans de petits sarcophages anthropomoïdes. Ces fœtus sont actuellement en cours d'analyse. Le premier avait environ cinq mois, alors que le second était sans doute un enfant mort-né de 8 ou 9 mois. Tandis que le premier ne portait pas de masque funéraire (on l'a retrouvé plus tard à un autre endroit, mais il s'avérait trop petit), le second portait encore le sien. Les deux sarcophages portaient la mention « Osiris », témoignant de la volonté de faire survivre et renaître les deux fœtus. Un troisième fœtus momifié a été retrouvé dans la tombe d'Amonherkhepechef, découvert à l'origine par l'égyptologue Schiaparelli dans une autre tombe et replacé dans celle-ci par la suite. Remonter
Imprimer cette entréeMomies, Disparition des momies.
Société • Nom commun.C'est à partir du IIe siècle ap. J.-C. que l'art de l'embaumement commence son déclin. Des momies coptes existent, mais même si l'on en connaît encore peu de choses, elles ne sont pas éviscérées, et ne portent pas de bandelettes.ΕUn exemple intéressant de momie copte est visible au musée archéologique Léon-Alègre de Bagnols-sur-Cèze. À partir du Xe siècle ap. J.-C., la momification disparaît définitivement de l'Égypte. Le déclin ne s'arrête — hélas — pas là. Au Moyen-Âge, les Européens organisent des ventes et un commerce sérieux et intensif de momies. Celles-ci sont d'abord grattées pour extraire la mumia (terme persan qui signifie « bitume », une sorte de résine provenant du Nord de l'Égypte), rare et chère en Europe, et servant à confectionner des baumes et onguents, dont on prétendait qu'ils apportaient jouvence... En effet la mumia soigne un grand nombre de maux du Moyen-Âge : mal aux oreilles, aux dents, aux reins et à l'estomac, rhumatismes, sciatiques, écrouelles, vermine, goitre... une efficacité contre tout qui explique sa popularité ! Par la suite, les vendeurs allèrent jusqu'à réduire les momies en poudre pour s'épargner le long travail de grattage, faisant disparaître à jamais des témoignages précieux de l'Histoire... Sur ce constat, le philosophe anglais Thomas Brown écrit au XVIIe siècle, non sans un certain humour noir : « [...] le pharaon est vendu sous forme d'onguents ». Plus grave encore, certains allaient jusqu'à faire réaliser de « fausses momies » avec le corps de condamnés à mort de leur temps pour les revendre comme de vraies momies ! On leur retirait cerveau et entrailles, puis on les séchait au four avant de les tremper dans la résine. C'est une trop forte offre des apothicaires face à la demande qui a entraîné le déclin de l'utilisation de momies comme remède. À partir du XVIIe siècle, les princes d'Europe pris de passion par la civilisation égyptienne, et sous l'impulsion nouvelle de la campagne d'Égypte de Napoléon, commencent à investir dans les collections de momies qu'ils exposent à leurs convives, en véritable cabinet des curiosités. Les musées eux-mêmes rivalisent pour être celui qui en possédera le plus grand nombre... et les plus belles. Remonter
Imprimer cette entréeMomies, Emmaillottement des momies.
Cliquez pour agrandir l'image\

Momies, Emmaillottement des momies
Momie d'homme avec bandelettes de lin et cartonnage, datée de l'Époque ptolémaïque (vers 332-30 av. J.-C.). L. : 1,66 m. Musée du Louvre.

Société • Nom commun.Chaque membre du défunt est enveloppé de bandelettes de lin imprégnées de résine naturelle ou de gomme arabique issu de l'acacia, en commençant par les extrémités. ΕSuivant les pratiques, l'embaumeur-emmaillotteur commence par les doigts en remontant le membre supérieur, puis les pieds de la même manière avant de finir par le corps et la tête. Il fallait probablement une quinzaine de jours pour achever le bandelettage. Sous les bandelettes sont placées des amulettes, positionnées sur des points stratégiques du corps, puis peu à peu avec le temps dispersées sans réel emplacement. Les amulettes jouent un rôle primordial : comme « doublons » des organes élémentaires, elles garantissent au défunt de pouvoir voir, entendre, manger, bénéficier de ces pleines capacités. Le scarabée de cœur remplaçait le cœur, siège de l'âme ; le pilier-djed pour la colonne vertébrale (symbole de la stabilité et de la colonne vertébrale d'Osiris), etc.. D'autres amulettes sont préconisées dans la conservation « magique » du défunt : le nœud d'Isis (boucle de ceinture), ou nœud-tit, l'œil-oudjat (l'œil d'Horus arraché par son oncle Seth, laissant s'échapper une larme et une coulée de sang), la colonette-ouadj, le vautour Nekhbet, etc.. Certaines matières utilisées dans la conception des amulettes repoussaient les parasites nécrophages. On remarquera les différences entre les momies précédant la IIIe période intermédiaire (cf. Momie de Ramsès II et Séthy Ier, Nouvel Empire, conservées au Musée du Caire) — ou les bandelettes consistent en un enroulement autour de chacun des membres — et les momies ptolémaïques ou romaines, ou l'enveloppe de bandelettes est effectué très souvent dans un sens vertical et horizontal afin de former des motifs à caractère décoratif : croisillons, chevrons, formes carrées, etc. (cf. momie de Pachery, d'époque ptolémaïque, conservée au Musée du Louvre). Le Musée du Louvre conserve un grand nombre de bandelettes de momie portant les dessins et textes illustrant certains chapitres du « Livre des morts », le « Livre pour sortir au jour ». Derrière l'aspect « fonctionnel » de ces dessins et textes résident aussi un certain « art » dont les bandelettes sont devenues le support. La momie terminée reçoit par la suite un masque de plâtre ou de matière plus noble (l'or, notamment) qui vient recouvrir le visage jusqu'alors sans expression. La plupart du temps cette représentation n'est pas celle du défunt, mais est idéalisée. Pour entrer dans l'autre monde, le défunt veut paraître éternellement jeune et beau. Bien d'autres personnes interviennent à chacune des étapes de la momification, et ont par exemple la charge de la préparation des onguents, du natron, des bandelettes, etc.. Les « Enfants d'Horus » et les « Enfants de Kentyenirty » participent à la veillée funèbre et secondent les prêtres lors de la momification. Remonter
Imprimer cette entréeMomies, Momies animales.
Cliquez pour agrandir l'image\

Momies, Momies animales
Momie de chat, tressée et peinte sur le visage. Elle renferme le squelette recroquevillé du chat. British Museum. H. : 46cm, inv. EA 37348.

Société • Nom commun.Certains scientifiques avaient émis l'idée que la momification animale avait pour seul but la nourriture du défunt dans l'au-delà. Cette théorie a été bien vite écartée avec la découverte de momies d'animaux domestiques et de cimetières de centaines d'animaux. De fait on peut classer les momies animales en deux groupes : celles faites en l'honneur du dieu qu'elles représentent, et celles — comme les animaux domestiques — qui accompagnent le défunt dans sa tombe pour que sa vie soit dans l'au-delà la même que sur terre.ΕÀ la Basse Époque, la momification animale est fortement répandue. On momifie ainsi les animaux pour leur symbolique divine. On a constater que certains des animaux été morts de manière violente, ce qui laisse penser à une offrande volontaire. Les Égyptiens embaument les crocodiles (et parfois leurs œufs) du dieu Sobek, les chats de la déesse Bastet, les ibis de Thot, les faucons d'Horus, les scarabées de Rê-Khépri, les chiens d'Anubis, les taureaux d'Apis... Des momies de deux espèces différentes de gazelles, certaines conservées au Musée du Caire, provenant de Kom-Mereh et Kom-Ombo, étaient consacrées à Isis. Remonter
Imprimer cette entréeMomies, Momies végétales.
Société • Nom commun.Peu d'exemplaires nous sont parvenus, et la pratique était très isolée et datée exclusivement du Nouvel Empire. On trouve des graines, du pain... qui servaient principalement d'offrandes au défunt. Cette offrande de momies végétales joue le même rôle que les stèles de l'offrande de l'Ancien Empire. Remonter
Imprimer cette entréeMomies, Premières momies artificielles.
Société • Nom commun.La plus ancienne trace de momification a été découverte sur un défunt de l'époque de Nagada II vers 3600 av. J.-C. à Hiérakonpolis (l'antique Nekhen). Dans ce cimetière d'ouvriers et de fermiers, on n'a retrouvé que des dépouilles de femmes, dont seules les mains et la mâchoire étaient momifiées. On gardera à l'esprit que le défunt doit pouvoir agir, parler et se nourrir dans sa « seconde vie » dans l'au-delà. Dans la tombe n°71 d'Hiérakonpolis, la dépouille probablement âgée de 20 à 25 ans était recouverte d'un linceul de lin. Les mains et la mâchoire ont été momifiées, et l'étude radiographique ou exploratoire a révélée que les organes internes sont également enveloppés dans une bande de tissu. La conservation des organes internes étaient donc déjà une préoccupation dès la période prédynastique. Dans la tombe n°16, une seconde femme d'environ 30 à 35 ans a des cheveux teins au henné, mais également les premières extensions de cheveux de l'Histoire. La première momie conservée dans un cercueil, et portant des traces de conservation de peau et de résine sur les os, est datée de la Ière dynastie (époque thinite). ΕL'inhumation des défunts au-dessus du niveau du sol, contrairement aux premières momies naturelles, va engendrer la décomposition de certaines d'entre-elles. C'est sans doute ce qui a déclenché la volonté de devoir conserver de manière artificielle les corps, et d'accélérer cette décomposition, puis de la fixer. Durant la période prédynastique et l'Ancien Empire, l'expérimentation balbutiante n'a pas suffit à garantir la conservation des momies, qui se sont peu à peu dégradées. De fait très peu de momies de cette époque nous sont parvenues. La technique de préparation de la momie et de son emaillotement évolue à travers le temps, s'inspirant de ce qui s'est fait auparavant et privliégiant les techniques rapides et efficaces. Il faudra mille ans pour parfaire la technique. C'est au Nouvel Empire que l'art de la momification atteint son apogée. On en maîtrise tous les aspects, et les momies que l'on peut observer aujourd'hui sont incroyablement conservées. En 1881 et 1898, de nombreuses momies royales du Nouvel Empire ont été découvertes au sein de deux cachettes, où elles avaient été déplacées par les prêtres égyptiens trois mille ans auparavant. L'acte de ces prêtres combiné à la qualité du travail des embaumeurs nous permettent aujourd'hui de voir les visages des rois les plus célèbres du Nouvel Empire. La plupart de ces momies royales sont conservées au musée égyptien du Caire, dans la « salle des momies royales ». La momie de Séthy Ier est sans doute la plus belle, au regard noble et élégant. Celle de son fils, Ramsès II, qui est décédé tardivement, est majestueuse et arrogante, en dépit de son vieil âge. À l'époque ptolémaïque, puis romaine, la demande de momification est beaucoup plus large. En parallèle de cela, aucun progrès technique n'est effectué. Les momies finissent par noircir (notamment à cause de l'usage de bitume) ou s'altérer. Ils arrivent parfois que les momies soit fausses : l'embaumeur ayant abîmé — voire égaré ! — le corps, il substitue celui-ci avec des os d'autres défunts, ou tout simplement en modelant la forme de la momie sans aucun corps, avec du lin ou du tissu.
  • Images et rites de la mort dans l'Égypte ancienne, J. Assmann, Éditions Cybèle, Paris, 2000.
  • Rituels funéraires de l'ancienne Égypte, J. C. Goyon, Éditions Cerf, Paris, 1972.
Remonter
Imprimer cette entréeMomies, Premières momies naturelles.
Société • Nom commun.Aux balbutiements de la civilisation égyptienne, dès la période prédynastique, les premiers Égyptiens enterrent leurs morts à même le sable. Sous l'action combinée de la chaleur ambiante, de la sécheresse et du sable dessiccateur, la peau se dessèche sans se décomposer, et produit un effet de conservation surprenant. À cette période, on enterre tous les vivants, qu'ils soient hommes ou femmes, enfants, personnes de haut rang ou non, etc.. Les sépultures présentent un dispositif composé de vases et céramiques attenantes à la dépouille, ce qui témoigne déjà d'un rite funéraire, où le défunt aura besoin d'objets usuels de la vie quotidienne dans l'autre vie. ΕDe nombreux cimetières préhistoriques et prédynastiques ont été découverts, dénombrant parfois plusieurs centaines de tombes : Merimdé, Ouadi Bigla, El Omari, Toura (600 tombes), Geiza, Matmar, Badari, Mostagedda, El Amrah (600 tombes), Gebelein, Adaïma, Khomzam, etc.. L'une de ces « momies » avant l'heure, de l'époque de Nagada II, a été surnommée « Ginger » en raison de sa couleur de peau rousse et de ses cheveux, et se trouve actuellement au British Museum, recroquevillée en position fœtale, et entourée d'objets de la même période (vases, couteaux, récipients divers). On peut penser que ce phénomène naturel de conservation à amener les Égyptiens à essayer de le maîtriser, en utilisant des techniques mécaniques et chimiques, et surtout de manière accélérée, peu après la période prédynastique. L'état de conservation du corps laisse croire aux Égyptiens que le défunt vit encore, par delà la mort, puisque son enveloppe charnelle est préservée. Les Égyptiens craignaient la mort comme ils craignaient la décarnation, le démembrement ou la décapitation (les Textes des pyramides y font allusion). Aujourd'hui subsistent des doutes : des corps de l'époque prédynastique découverts récemment montrent des traces de coupure nette des membres. L'une des théories serait que le défunt aurait été enseveli une première fois dans le sable pour être « momifié », puis désensablé, les membres séparés un à un, et à nouveau ensablé démembré pour évoquer les deux morts d'Osiris.
  • Images et rites de la mort dans l'Égypte ancienne, J. Assmann, Éditions Cybèle, Paris, 2000.
  • Rituels funéraires de l'ancienne Égypte, J. C. Goyon, Éditions Cerf, Paris, 1972.
Remonter
Imprimer cette entréeMomification, Lieux de momification.
Société • Nom commun.Durant l'Ancien Empire, le défunt est embaumé sous une tente, placée stratégiquement selon deux critères : elle doit être à proximité d'une source d'eau — en l'occurrence le Nil — pour pouvoir procéder aux divers lavages du défunt et au nettoyage du matériel ; elle doit aussi se situer à proximité de la nécropole pour éviter un trop long déplacement pour la mise au tombeau. À la Basse Époque, des constructions de briques, appelées « Place Pure » (Ouâbet, w3bt), isolées et placées du côté des nécropoles, se substituent aux tentes. Remonter
Imprimer cette entréeMomification, Origines de la momification.
Société • Nom commun.La croyance reposait sur la constitution du défunt, qui répondait à sept principes : le khet (le corps), l'ib (le cœur), le ka (« l'énergie vitale individuée »), l'akh (« esprit lumineux, étincelle divine »), le ren (le nom), le shout (l'ombre), et le ba (la « possibilité de l'interface entre le visible et l'invisible, potentialité de manifestation »). Le ka est souvent — à tord ? — appelé « double » du défunt : sa représentation est celle du défunt, dont deux bras se lèvent sur sa tête. Aussi le défunt doit survivre dans son intégrité dans l'autre monde, et donc conserver son corps intact. La conservation unifiée de ces « éléments » semble être une explication de la systématisation progressive de l'emmaillotement. ΕLe rituel de l'embaumement nous est connu aujourd'hui par deux papyrus fragmentaires, le premier étant le Papyrus Boulaq III conservé au Musée du Caire, datant du Ier siècle av. J.-C., et le second conservé au Musée du Louvre, le papyrus n° inv. 5158 conservé au Louvre et datant de la deuxième moitié du Ier siècle av. J.-C.. Ils comportent tous deux onze chapitres divisés en deux parties : d'une part, une sorte de « manuel » à destination des embaumeurs expliquant les techniques et outils, et d'autre part des textes funéraires et liturgiques à prononcer à toutes les étapes de la momification. Bien qu'il faille rester prudent quant aux textes des auteurs classiques grecs, ceux-ci nous témoignent des pratiques qu'ils ont pu observer ou entendre. Bien souvent, on considère que la momification est directement liée à la réalisation, à la concrétisation sur terre du « mythe d'Osiris ». Pourtant, si le mythe d'Osiris, de sa mort et de sa « résurrection », nous rappelle l'importance mythologique de la momification, il semble que la légende n'est été instaurée que pour renforcer l'idée de pratique divine de l'embaumement, mais n'en serait donc pas l'origine. Les sources textuelles du mythe sont diverses et variées, lacunaires, et souvent de période tardives. Le mythe raconte que le dieu Seth, jaloux du pouvoir et de la renommée de son frère Osiris, alors roi d'Égypte, décide de le tuer. Pour se faire, il confectionne un somptueux sarcophage décoré aux strictes mensurations d'Osiris (qu'on disait très grand). Seth propose ainsi, lors d'un banquet, à celui qui rentrerait parfaitement à l'intérieur, de le lui offrir. Tous les convives se prêtent au jeu, mais s'avèrent évidemment trop petits. Dès qu'Osiris prit place dans le sarcophage conçu à ses dimensions, les complices de Seth refermèrent le sarcophage. Le sarcophage est jeté dans le Nil et remonte vers le Nord. Isis, l'épouse et sœur d'Osiris, voit en un songe divin le sarcophage dérivant vers la ville de Byblos. Elle part le retrouver et revient en Égypte. Seth, informé du retour d'Isis et du sarcophage, décide à nouveau d'enlever la dépouille et de la découper en de nombreux morceaux — de 14 à 42 morceaux selon les versions —, puis de disperser les membres dans toute l'Égypte. Une fois encore, Isis retrouve tous les morceaux, sauf le cœur — siège de l'esprit, de l'âme et des sentiments pour l'ancien Égyptien — et le phallus (qu'on dit avalé par un poisson des eaux du Nil, attribué à Seth — l'oxyrhinque), et les remet « en ordre » en utilisant des bandelettes. De sa magie, elle lui rend la vie en déployant ses ailes au-dessus de la dépouille et lui sculpte des organes génitaux sculptés dans la glaise. La première momie était née, et de l'union d'Isis et d'Osiris naîtra le faucon Horus. Certaines versions de la légende ajoutent qu'elle fut aidée par Anubis, de la recherche d'Osiris à la reconstitution de son corps, et serait devenu ainsi dieu de l'embaumement.
  • Images et rites de la mort dans l'Égypte ancienne, J. Assmann, Éditions Cybèle, Paris, 2000.
  • Rituels funéraires de l'ancienne Égypte, J. C. Goyon, Éditions Cerf, Paris, 1972.
Remonter
Imprimer cette entréeMomification, Représentations des techniques de momification.
Société • Nom commun.On a cru pendant longtemps que le métier d'embaumeur était répulsif et que de fait on ne représentait pas son métier. Mais trois — maigres — découvertes nous prouvent le contraire.ΕSur le sarcophage de Djedbastetiouefânkh (ḏd-b3stt-iw.f-ˁnkh ; prêtre d'Amon à Karnak. Sarcophage en bois de sycomore recouvert de lin stuqué et peint, d'époque ptolémaïque, conservé au Hildesheim Pelizaeus-Museum, Allemagne) sont représentées cinq scènes des étapes de la momification sur trois registres : 1. le lavage par deux hommes de la momie allongée dans un bain (certainement la déshydratation au natron) ; 2. le lavage par deux autres hommes de la momie debout (purification ? nettoyage du sel ?) ; 3. sans doute un rituel spécifique où deux hommes portant un bandeau suivent un homme à tête de chacal brandissant un ustensile devant la momie, posée la tête sur un chevet et reposant sur un lit à tête et pattes de lions ; 4. la momie entourée de ses bandelettes sur un second lit d'apparence léonine, au dessus des quatre vases canopes ; 5. un personnage anthropomorphe à tête de chacal s'abaissant au dessus du lit où repose la momie (deux objets étranges prennent place sous le lit). On notera qu'avant de porter les bandelettes, le défunt est représenté en noir, couleur de l'au-delà et du mort. La seconde preuve se trouve dans la tombe de Tjay (ou Tchay) : quatre étapes du rite sont représentées. Elles ne sont pas clairement identifiables, faute de textes attenants, mais on peut probablement y discerner dans la partie supérieure gauche la décoration du sarcophage, dans la partie inférieure gauche des hommes déposant des onguents sur le sarcophage, dans la partie supérieure droite le bandelettage, et dans la partie inférieure droite ce qui pourrait être une éviscération. La dernière représentation est située sur le papyrus n° inv. 3074 du Louvre : la momie est en cours d'éviscération. Ces trois exemples nous démontrent donc que la momification n'était pas un sujet tabou, auquel cas les trois défunts ici présentés n'aurait osé en faire des représentations. On en déduit donc que la discipline ne faisait pas partie du protocole ou des thématiques de décoration. De cette conclusion, on se rapprochera du fait qu'aucune représentation de personnages pleurant le défunt, et non pas la momie, n'existe, hormis une représentation d'Aménophis IV Akhenaton et Nefertiti pleurant sur le corps de leur fille Maketaton décédée.
  • Images et rites de la mort dans l'Égypte ancienne, J. Assmann, Éditions Cybèle, Paris, 2000.
Remonter
Imprimer cette entréeMonolithe, monolithique.
Architecture • Nom commun.D'un seul tenant, qui a été établi, sculpté et/ou gravé dans un seul et même bloc de pierre, d'une seule pièce. Remonter
Imprimer cette entréeMontant.
Architecture • Nom commun.Parties verticales situées à gauche et à droite d'une porte, souvent pour soutenir le linteau. Remonter
Imprimer cette entréeMontée des eaux, Cataracte, Ahtmt mw mrjtj.
Médecine • Nom commun.Les Égyptiens utilisaient le terme « montée des eaux » pour désigner la cataracte, supposant qu'un liquide venu du cerveau s'écoulait dans les yeux et provoquait l'opacification du cristallin. Remonter
Imprimer cette entréeMontouhotep, Mentouhotep.
Histoire • Nom propre.◊ Nom porté par quatre pharaon du Moyen Empire, pendant les XIe et XIIe dynastie.
◊ Vizir sous le règne de Sésostris Ier. Remonter
Imprimer cette entréeMoyen égyptien.
Littérature • Nom commun.État officiel de la langue en usage en Égypte à partir du Moyen Empire (vers 2000-1700 av. J.-C.). Le moyen égyptien a par la suite était considéré comme la langue classique, perdurant ainsi aux côtés du néo-égyptien et jusqu'à la fin de l'Égypte pharaonique. Gravé sous la forme de textes en hiéroglyphes dans la décoration monumentale, le moyen égyptien est également utilisé sous la forme d'une écriture cursive et simplifiée, le hiératique.
  • Lexique d'égyptien hiéroglyphique, collectif. En cours d'élaboration : Voir le site
Remonter
Imprimer cette entréeMusiciens et chanteurs dans les temples.
Arts • Nom commun.ΕUne profusion de « titres » et de « groupes » évoque quelques informations sur l'organisation sociale des musiciens. Parmi eux, les « hnr » chantent, dansent, tapent des mains au sein des temples, des palais et des ensembles funéraires. Cette catégorie de musiciens connaît son apogée vers 2500 à 1500 av. J.-C. et durant la période ramesside. Au départ, ces groupes sont uniquement féminins ; les hommes n'y sont intégrés que durant la Ve dynastie, et formeront au Moyen Empire des groupes uniquement masculins. Les femmes appartenant à la lignée royale ou celles du harem sont fréquemment intégrées à l'un de ces groupes, rattachés aux palais, aux temples et aux lieux funéraires. Ces dames portent des robes claires et des cheveux bouclés et ondulés, auxquels sont suspendues aux extrémités de petites perles. Les hommes portent quant à eux le pagne ou des costumes d'apparat plus complets. Au sein des temples se trouvent également les « chanteuses », souvent rattachées au culte d'Hathor, d'Amon, d'Osiris et d'Isis. La quantité de personnes portant le titre de « Chanteur du Temple » semble indiquer le rôle spécialisé de la musique sacrée. Ces chanteuses exerçaient au quotidien dans les rituels des prêtres, mais aussi lors des grands événements, tels que les fêtes-sed. Les peintures des tombes indiquent la démesure des longues rangées de chanteurs, percussionnistes et danseurs pendant cette fête ; leur musique est appelée « celle qui ouvre les portes du paradis pour que le dieu puisse avancer purifié ». Remonter
Imprimer cette entréeMusique.
Arts • Nom commun.Ε Lire en ligne : Musique et musiciens dans l’Égypte ancienne Remonter
Remonter en haut de la page • Copyright © 2008-2009 Montoumès. Tous droits réservés.