Notice: Undefined variable: wgScriptPath in /usr/local/www/jo/egyptopedia.fr/wikihiero/wikihiero.php on line 59

Une entrée au hasard :
Nebethetepet, Hathor Nebethetepet

J

1 entrée trouvée.

De Jeux et jouets en Égypte antique à Jeux et jouets en Égypte antique

Imprimer cette entréeJeux et jouets en Égypte antique.
Société • Nom commun.Le jeu fait réellement partie de la vie quotidienne égyptienne, et l'on ne se trompe pas en parlant de jeu de « société ». Certaines personnes vont même jusqu'à régler leur différents en « jouant » !ΕLes enfants les moins aisés ont pour habitude de danser ou de pratiquer des jeux d'extérieurs : tirs à l'arc de fortune, sauts, saute-mouton, courses à genoux, cache-cache, etc.. Ils jouent aussi avec des balles, faites de morceaux de cuir cousus et bourrés de paille. Les enfants des nobles possèdent des jouets souvent évolués et élégants. Finement travaillé à la main, le jouet peut comporter des parties mobiles, articulées, comme par exemple un chien ou un crocodile qui ouvre et ferme la gueule lorsque l'on tire sur une ficelle. D'autres jouets sont mobiles, montés sur des roulettes, et tirés par une ficelle. On trouve également les éléments de la « vie quotidienne » : des bâteaux à mâts et voiles, des chars tirés par des chevaux, etc.. Le plus souvent, les jouets sont faits de bois, et de lin pour les cordes. On en trouve cependant parfois en métal (bronze pour les plus riches) et en terre cuite ou argile modelé. Les enfants aiment aussi peindre, et peignent volontiers certains de leurs jouets. Les très nombreuses toupies retrouvées par les égyptologues sont de bois ou de faïence. Les poupées des petites filles peuvent être de bois, de chiffon ou d'argile ; certaines sont également articulées ; on s'amuse à changer leur perruque. Parmi les jeux d'enfants que l'on pratique dehors, certains peuvent être assez violents. Un jeu visant à effectuer un rituel pour les vendanges s'appelle « tirer pour Chesmou » (ou Shesémou, le dieu du pressoir). Il s'agit d'atteindre au sol des cibles à l'aide d'un bâton. Le jeu du chevreau quant à lui est plus élaboré : il faut que deux garçons s'allonge à terre, bras et jambes tendus, le talon du pied gauche sur la pointe du pied droit. Les autres enfants doivent franchir cet « obstacle ». Bien entendu, les garçons au sol doivent tenter de faire trébucher les camarades qui passent. Enfin, plus brutal encore, on enferme un enfant — souvent le plus faible... — dans un endroit d'où il doit s'extirper sans se faire prendre. Le plus souvent ces trois « jeux » finissent plutôt mal : le perdant est bastonné ! On se retrouve souvent entre adultes pour jouer à des jeux de sociétés, notamment dans les villas des notables, au quotidien, ou lors d'une réception. Le jeu du mehen, ou jeu du serpent, apparu au Moyen Empire, est une sorte de « jeu de l'oie » où il s'agit d'arriver de la tête à la queue du serpent, à l'aide de trois lions et des billes rouges ou de trois lionnes et des billes blanches. Le plateau de jeu est un disque, symbolisant avec des cases un serpent enroulé sur lui-même, la tête au centre. Ce jeu disparaît semble-t-il au Nouvel Empire. Le jeu du senet était fortement joué chez les nobles. Il semble qu'il comportait sept pions par joueurs durant l'Ancien Empire, puis seulement 5 au Nouvel Empire. Il arrive que sur un mur de la tombe du défunt, on le représente jouant au senet : une manière de signifier qu'il jouera son destin dans l'au-delà. Enfin, le jeu du 58 trous se joue à deux. On l'appelle également jeu des chiens et chacals, à causes de ses « fiches » : chacun des deux joueurs possèdent cinq fiches à tête de chacals ou cinq fiches à tête de chiens. On les avancent sur un plateau troué, souvent en forme d'animal (hippopotame, grenouille, etc.), selon le nombre obtenu en jetant des osselets ou des bâtonnets, voire des dès suivant la période. Comme pour le senet, il existe des raccourcis, des trous permettant de rejouer, etc. Pour gagner, il faut placer trois de ses fiches en bout de parcours. On joue aussi aux osselets, dont la règle n'a semble-t-il pas changée depuis des millénaires ! Remonter
Remonter en haut de la page • Copyright © 2008-2009 Montoumès. Tous droits réservés.